Extraits du journal intime de Owen Steele:

Ces extraits de journal intime de Owen Steele dtaillent lentranement et l'amener B la bataille de la Somme et montre que les soldats s'attendaient B quelque chose se produire le 1er juillet.

Pages 28 - 29

Le systPme de lentranement se compose des exercices physiques, la marche, des exercices de fusille, les chauffoures, les marches de route & c.

Nous sommes tout trPs particuliers ici que nous ne devrions pas Ltre class comme Canadiens, parce que indpendamment du fait que nous sommes beaucoup plus fiers de notre distinction comme Terre-neuviens, les Canadiens, gnralement, ont une rputation mauvaise pour eux-mLmes partout oj ils sont alls, et ceci s'applique en particulier B Londres. C'est trPs malheureux pour eux, parce que quand leur premiPre incorporation a travers l'eau, les anglais ne pourraient pas faire assez pour eux et Londres agitait fortement pour qu'elles soient apportes lB pour Ltre vues. D'autre part, je suis heureux de dclarer que les Terre-neuviens ont t donns un nom trPs bon lB oj qu'ils sont all, et alors notre excellence gnrale a t d'un niveau trPs lev, certainement beaucoup plus haut que cela des Canadiens. Nous avons reu l'loge la plus leve de plusieurs colonels et gnraux, qui ont dit que nous tions l'un des plus bons corps des troupes sur les plaines. Notre plus grand regret est que nous sommes seulement moiti d'un bataillon, et le personnel du quartier gnral a dsir de nous attacher B certain demi de bataillon des Canadiens, maintenant camp bord B bord de nous, mais je suis heureux de dire que nos officiers s'opposent trPs fortement B une telle intention. On le rpand que nous pouvons Ltre attachs B un certain Rgiment Anglais, c.-B-d., si nous n'entendons pas bientt que Terre-Neuve prpare pour renvoyer un deuxiPme contingent de cinq cents et puis pour nous donner notre propre bataillon. ******************************************************************************

Page 71:

Le 1er aoft 1915. (Camp De Stobs.)

Je prvoient que ce sera la derniPre fois oj j'crirai de Stobs, car les compagnies A, B, C, et D vont sud B Aldershot demain, lundi soire, et les rserves vont B Ayr, prPs de Glasgow. Comme je pense je vous ai dit avant, si je n'tais pas transfr B une des compagnies allant au front, mais a t laiss pour aller avec les rserves chez Ayr, j'irais chez le colonel et lui demander B Ltre plac avec une des compagnies du bataillon. Quand les ordres de la nuit passe ont sorti, j'ai eu le plaisir de voir mon transfert B partir de Compagnie E B celui de D (La Compagnie de Jim), ainsi je suis heureux maintenant.

Vendredi soir, les quatre lieutenants ans, Ledingham, Raley, Ayre et Rowsell, ont t faits B des capitaines. Ils avaient tenu la position, B savoir, la DeuxiPme-dans-commande des compagnies pour les trois mois derniers, mais n'a pas eu le rang qui va de pair avec elle jusqu'ici. Toutes les promotions dans les rangs commissionns sont faites selon l'anciennet, except naturellement, pour n'importe quoi spcial, comme sur le champ de bataille.

Major Whitaker va B notre Dpt, Ayr, comme Officier Commandant, Capitaine Ledingham en tant quIntendant Militaire temporaire, et Lieutenant Robertson en tant qu'Adjudant-major temporaire. J'irais plutt B l'avant que de rester en arriPre en n'importe quelle position. Capitaine O'Brien est galement restant derriPre et est trPs endolori B propos de ca - je pense que nous irons B l'avant en moins de trois semaines.

Le 3 aoft 1915

Casernes De Badajos, Aldershot

Nous sommes arrivs ici B 7 heures ce matin, ayant quitt Stobs B 19h00 la soire passe. On le croit que nous serons ici pendant seulement trois semaines et serons parti encore pour "quelque part" au front. ******************************************************************************

Pages 325 - 326:

Le 20 juin 1916

Aujourd'hui a t un jour modrment tranquille. Les cadeaux des Allemands aujourd'hui, de la maniPre des obus, se sont levs B soixante-dix seulement, mais nous avons eu quatre hommes blesss, un de qui peut mourir, parce que l'artPre principale d'une de ses jambes a t divise; il est un Assyrien appel Joe Sheehan. Un des hommes blesss hier est mort aujourdhui, aussi un homme qui a rencontr un accident de bombe, un morceau entrant dans son oeil et touchant probablement une dtachement de son cerveau. Il semble y avoir un sentiment trange au sujet de tout, et nous sommes tous trangement pensifs au sujet de 'la Grande Pousse`.

Le bombardement devait avoir dbut aujourd'hui au sujet du jour et tait B durer de quatre jours, et nous devions monter le parapet samedi le 24 juin. C'aurait t une combinaison trPs trange des coVncidences, parce que nous tions dans une certaine mesure de St. Johns; au moins St. Johns est le capital de notre le B la maison. Plus loin nous devions Ltre aligns et commenons B partir d'une tranche que nous avons fait nous-mLmes quand nous sommes venus la premiPre fois dans ces tranches, et qui a le nom officiel du Jour de St. Johns, (le 24 juin). C'est-B-dire, "les hommes de St. Johns B partir de St. Johns Road le Jour de St. Johns." Cependant, pour quelque raison, ou autre, tout n'tant pas prLt quelque part, des affaires ont t remis B plus tard pendant quelques jours, mais nous ne savons pas pour combien de temps. La longue et fatiguante priode de la prparation et de l'esprance est presque aussi mauvaise que la vraie chose sera, mais nous faisons tout ce que nous pouvons B disposer entiPrement pour toutes les ventualits et exigences.

Temps: - Plus ou moins comme hier, mais peut-Ltre pas tout B fait si froid la nuit.

******************************************************************************

Pages 328 -331:

Le 23 juin 1916

Aujourd'hui est 'le jour de dmnagement '.

J'ai quitt les lignes B 9 heures du matin pour aller B Louvencourt pour prparer des cantonnements. J'ai df laisser le cheval marcher les sept ou huit milles entiers, df B mon genou tant si endolori. En allant aux tranches sur la 15Pme installation mon cheval a 'bronch' B un cheval mort se situant dans la rue, - il n'avait t mort que durant peu de temps seulement. Quand il a bronch il y avait une corde des chariots de Limbered se dplaant le long du ct oppos de la route dans la direction oppose, le rsultat tant que avec la force du cheval rapidement en mouvement derriPre lui mon genou a t frapp contre la roue d'un chariot venant vers moi; la bande de roue du fer est d'environ quatre pouces de large et un demi pouce pais. Le coup tait terrible et il a paralys chaque muscle et nerf dans mon corps, et a fendu mes culottes environ quatre pouces et a pel mon genou. Ce n'tait rien compar B ce qui a t fait B l'intrieur de mon genou. D'oj j'ai laiss mon cheval, j'ai df marcher environ trois et demi milles aux tranches et quand je me suis arriv je ne pourrais B peine marcher, et mon genou a t gonfl deux fois B sa taille normale. Je l'ai montr au docteur, qui a dit quil le reverrait le matin, et quand il est retourn il m'a dit que je devrais aller B l'hpital, mais je lui ai dit qu'il serait bien en un jour ou deux, ainsi il a accept de me donner vingt-quatre heures avant de dcider de m'envoyer. En attendant, j'ai gard les bandages froids constants B lui, la douleur tait trPs grave et quand le matin suivant est venu il n'tait pas meilleur, ainsi il (le docteur) a encore dit que je devrais aller, et il la dit galement B Colonel Hadow. Mais j'ai demand au docteur de me donner encore vingt-quatre heures et il tait daccord. A ce moment-lB, je suis heureux de dire, mon genou tait lgPrement meilleur, qui m'a sauv de l'hpital. Je n'irais pas B l'hpital maintenant, voyant que nous nous tions prpars B "la Grande Pousse" pendant plusieurs temps, et elle est enfin prLt B se dgager, en plus, les autres hommes auront certainement indiqu que je "lanais le fil." MLme maintenant, une semaine aprPs mon accident, je ne peux pas aider le boiteux de marche et jespPre seulement quil amliorerait suffisamment d'ici au "Jour Splendide" pour me permettre de faire la justice B mes fonctions.

Cependant, j'ai finalement atteint Louvencourt, et jai pass le jour chez le Cantonnement. Le tour tait trPs agrable car il tait tout B fait un beau jour. C'tait certainement une vue merveilleuse sur le chemin B travers le pays, de voir toutes les immenses prparations tant conduites au grand vnement prochain. Chaque route, dans chaque direction, a t nuageux avec la poussiPre, tant serr des chariots de transport mobiles, chariots de ration, et des troupes en grandes et petites dtachements. Tout le monde semble si cool B propos de tout, tranquillement se prparant B ce qui va Ltre la plus grande attaque dans l'histoire du monde, et probablement le plus grand jamais. Nous esprons seulement que ce pourra Ltre un facteur trPs fort en apportant une fin tt B la guerre.

Bien, le bataillon a commenc B arriver par Pelotons B environ 22h00 et il avait 3 heures du matin quand le quartier gnral est arriv. Les Signaleurs et les canonniers de Lewis n'taient toujours pas arriv et je crois qu'ils sont arrivs environ 5 heures du matin. C'tait de 3h30 du matin quand j'ai mang mon dn, n'ayant eu rien B manger depuis le midi.

Le temps: - Bien pendant le matin, mais un dluge de pluie norme B 1 heure, qui a dur pendant environ une heure.

******************************************************************************

Pages 334 - 335:

Le 26 juin 1916

A 9 heures du matin nous avons eu un Dfil de Bataillon, afin de l'adressage par General De Lisle, G.O.C. du notre, 29Pme Division. Il nous a parl pendant environ dix minutes, et a dit, quil tait heureux d'avoir l'honneur de s'adresser B nous comme Bataillon, pour la premiPre fois dans l'histoire du monde. Il a impressionn sur nous les dangers que nous devrions rencontrer, mais cela il n'a eu aucun doute que nous, qui ont eu l'honneur unique de reprsenter Terre-Neuve, apporterions B l'honneur et au degr de solvabilit B nous-mLmes et B Terre-Neuve. Il a continu B dire que jugeant par ce quil avait vu et connu de nous dans le pass, il a su que nous aurions le plaisir, dans trPs peu de temps, d'envoyer un message B nos amis B Terre-Neuve, leur indiquant du travail glorieux que nous avions effectu dans cette grande attaque. Il a galement dit que dans le quatriPme front d'arme nous avons eu une majorit accablante de pistolets et d'hommes et un approvisionnement en munitions presque illimit pour les pistolets. Si nos munitions de pistolet (45,000 tonnes ou 1 millions balles) taient charges sur des camions, elles formeraient une ligne de camions de 46 milles de long.

En hommes nous avons eu vingt-et-une Divisions ou deux-cents-soixante-trois bataillons, tandis que, vis-B-vis notre front d'arme, les Allemands ont eu seulement trente-deux bataillons, et la plupart qu'ils pourraient rapporter en une semaine taient soixante-cinq bataillons, et les Franais ont vingt Divisions B notre droite. Ainsi nous navons rien B craindre.

En partant il nous a souhait la bonne chance et au revoir.

Le Bataillon a alors dpens le matin en obtenant des insuffisances dans le kit et B fournir le nouvel quipement.

L'aprPs-midi un autre exercice tactique avait commenc, mais quand le Bataillon a atteint le sol dentranement, il est venu sur trop humide ainsi ils sont retourns.

La Dtachement de Pillage sort pour piller les tranches allemandes ce soir.

Le temps: - Il Pleuvait la majeure dtachement du jour, mais il est assez chaud.

****************************************************************************** Pages 337 - 343:

Le 28 juin 1916

La dtachement de pillage de la nuit passe tait plus russie. Quand ils sont arrivs au fil ils ont trouv un grand espace fait par des trous dobus, et ils ont procd immdiatement pour intervenir. Ils taient B peine B travers quand ils ont t tir dessus des deux flancs, d'abord avec fusille puis des mitrailleuses, et il a sembl comme si les Allemands taient entiPrement quips et les attendant. Plus tard, ils ont mLme employ des mortiers de tranches sur eux. Trois ou quatre de nos hommes se sont levs prPs du parapet allemand et deux environ sont entrs. Pour la plupart du temps les deux cts ont jet des bombes, et une heure a t passe dans cette bataille miniature. Lieut. Fort et Lieut. Greene ont t blesss et sont alls B l'hpital, mais tous les deux seront daccord aprPs quelque temps. Capitaine Butler a reu un lger coup au-dessus de l'oeil droit, mais sera bien encore dans un jour ou deux. Indpendamment de ce qui prcPde nos victimes taient tus, bless, manquant (cens pour Ltre tu). Cependant, plusieurs morceau dinformations ont t fixs, mais malheureusement, nos hommes n'ont obtenu aucun prisonnier. Deux ou trois Allemands taient baVonnett et beaucoup taient sfrement tus par des bombes.

Nous tions toute la journe aujourd'hui prparant pour aller B la ligne de mise B feu ce soir pour commencer demain la plus grande attaque dans l'histoire du monde.

Toutes nos choses ont t emballes et rentres au magasin de lIntendant Militaire, afin de pour Ltre apportes aprPs nous. Pendant les deux ou trois heures avant que nous tions dus B partir, les ordres ont t pass, que le mouvement tait dcommand pendant 48 heures. Nous ne savons pas la vraie raison, mais croyons qu'elle est df au temps, qui a t trPs humide pour la semaine passe, et les perspectives sont qu'il sera pour un jour ou deux. Cependant, ceci nous donnera la chance davoir un autre repos.

Le temps: - Mouillez et pluvieux.

Le 29 juin 29 1916.

Nous faisions trPs peu aujourd'hui.

L'aprPs-midi le bataillon est sorti pour un peu d'exercice dentranement, pour garder les hommes en formes.

Le temps: - Mouillez et pluvieux.

Le 30 juin 1916.

Aujourd'hui a t pass en prparant B se dplacer ce soir.

Tout semble maintenant en notre faveur en ce qui concerne le temps et nous esprons que l'artillerie a fait sa part efficacement, bien que nous ayons entendu trPs peu, mais je prvois qu'ils effectuent leur travail bien.

Nous sommes quitts B 21h15 et ont eu plus de trois heures marchant en avant de nous.

Il est tonnant de voir B quel point les hommes sont heureux et gais, mais c'est assurment le dernier jour pour bien des jours. Les divers Bataillons ont march sifflant et chantant, et c'tait une grande vue. Naturellement, c'est la meilleure maniPre de prendre des choses et desprer pour le meilleur.

EXTRAITS DE LA LETTRE DATE LE 30 JUIN 1916

Juste une note de plus avant de partir. Pour certaines raisons, un retarder m'a permis d'crire ceci en tant que ma derniPre note, pour un moment au moins, tandis que, j'ai pens que mon dernier il y a quelques jours, - aurait t le dernier pour quelques jours.

Au sujet du sol de la Belgique: Le nom de l'injection, que vous ne pourriez pas vous rappeler, est, je pensent, "Tetanic" Naturellement, nous tous avons nos "Champ-Dressages" avec nous, qui contiennent, sans compter des bandages, un fiole de l'iode, un dsinfectant de la meilleure sorte.

La perte de Kitchener et de son personnel tait certainement un grand coup B tous; cependant, je crois que le moment crucial de nos ennuis sera atteinte dans les jours B venir, (aprPs quoi le jour de la paix approchera rapidement), bien qu'ils apportent assurment l'ennui B beaucoup. Jim et moi sont de la meilleure sant et esprit, et je fais confiance que nous pouvons rester ainsi. - Ce sera ma derniPre lettre pour un temps. Une copie de lenclosure dans la derniPre lettre

Le Rle de la femme

Les garons dans leur kaki sortent B l'avant! Que-ce que

les femmes sont B faire?

Ils disent, les "hommes doivent travailler, et les femmes doivent pleurer." Est-ce que c'est

tout ce qui est laiss pour vous?

Ne le croyez pas! Le rle la plus dure B jouer est le rle

des mPres et des pouses:

Donner votre propre vie est une petite chose! Nous donnons

les vies de nos hommes.

Le bb que vous avez port et avez allait, et a mis

dans sa bure raccourcie

Le garon que vous avez souvent grond quand vous l'avez lav

et avez raccommod ses chaussettes:

Nous les avons levs, et les avons aims - et maintenant

c'est le rle des femmes

Pour les envoyer B mourir pour l'Angleterre - avec un sourire et un

coeur de rupture.

Et nous le ferons! Ah, filles pourrait prendre B la lgPre,

en jours ngligents de paix,

Avec les garons du kiosque de musique de bord de la mer, ses flanelles

sans un pli.

Nous pourrions flirter, et baiser en moi - mais le jour

de la guerre a commenc

Nous, les femmes avons fait avec le fripon - ce que nous voulons aujourd'hui est

un homme!

L'homme qui paulera un fusiller, et sortent oj

les balles volent.

Avec sa tLte tenue haute, et une chanson sur ses lPvres, et un

sourire quand il dit "Au revoir."

Nous l'offrirons adieu-va et lui souhaiterons la bonne chance, et lui disons

qu'il est un des meilleure,

Et il reviendra bientt, avec son devoir fait, et la

croix du hros sur son sein.

Il n'y a aucune place pour une fille dans la ligne de combat - mais

laisse ceci Ltre le plan de votre femme -

Si nous ne pouvons pas enrler pour le service, nous pouvons chacun envoyer

un homme.

S'il trane, rveillez-lui avec un mot mprisant! Laissez-lui

sentir la mPche de la honte!

Jusqu'B ce que vous mettiez le feu B son me B l'ardeur, et allumiez son sang

pour flamber.

Laissez-l'Ltre des "Mains au Loin!" pour le flemmard! Pour le knut

et la joie de l'aileron.

Aucun sourire et aucun baiser pour lembusqu! Gardez vos lPvres

pour le garon de soldat.

Envoyez votre garon aux couleurs, mPre! Remettez-lui

sa ceinture et pistolet -

Qu'il vaut mieux de le perdre noblement que pour avoir honte

de votre fils.

Quand le travail du jour est fini, vous pouvez vous laisser

partir, et pleurez

Dans la tristesse du coin du feu dsol - dans l'obscurit,

quand il n'y a personne prPs.

Il n'y a pas une chaussette veut raccommoder; il n'y a pas un garon B

gronder

Pour la cendre de cigarette sur le tapis - pour le dner

qu'ils ont laiss devenir froid.

Leurs chapeaux accrochent toujours sur le portemanteau, mais il n'y a pas

une tape sur l'escalier.

Il n'y a aucune jeune voix gaie appellant "mPre!" Aucun bruit -

Puisque les garons ne sont pas lB.

C'est le temps oj vous savez l'angoisse

du rle des femmes attendants:

Dans le silence de la maison seule c'est le silence qui

dchire votre coeur.

Passages de nuit! Nous ferons bon accueil au matin avec un sourire et

une volont immuable;

Si nous avons pas nos garons B travailler pour, nous travaillerons toujours pour

notre pays.

Soyez heureux que vos hommes soient des combattants - pour la honte qui

sfrement fait mal

Si vous avez un homme-enfant lche, qui se cache derriPre les jupes

des femmes

Serrez vos dents quand vous lisez les listes

du bless et des morts,

Et si les noms de vos chers aims sont lB - soyez fiers! Et

soutien votre tLte,

Ne pleure pas! Pour eux sont monts la voie que les hros

et les martyres ont marche:

Ils dorment dans le repos de ciel! Ils se tiennent dans la gloire

de Dieu!

Source : COLL-179, les Archives du Centre pour les tudes de Terre-Neuve, Universit Mmorial de Terre-Neuve, St. Johns, T-N.

Retour aux documents    

 

Rgiment   Bataille   Histoires des Soldats/Familles   Information Supplmentaire   Commmoration

ducation   Remerciements   Liens   Contactez-nous   Copyright   Accueil